Retour sur images

El Bguiriyine, située en bordure d'un bidonville de Casablanca, fut la première école parrainée par Enfance Maghreb Avenir en 2006.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'établissement accueille désormais plus de 800 élèves âgés de sept à treize ans. Et deux classes de maternelle. Soixante trois petites paires d'yeux au travers desquelles j'ai découvert un nouveau monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'y suis entrée à tâtons, sans trop savoir comment y trouver la bonne place. Prête à me laisser guider et même réorienter...

Un long parcours, souvent sinueux, mais tant mieux ! Je tourne encore, virevolte. Me pose ici ou là : le temps de savourer un acquis ou de préparer une nouvelle tentative d'envol. Une amie m'accompagne. Du petit atelier que nous avons choisi de mettre en place, nous ajustons nos ambitions, partageons l'émotion. Qu'importe que nous avancions à petits sauts ou à tire- d'ailes. Quand les sourires illuminent les regards de ces enfants privés de tant et tant... nous savons que nous avons raison de tenter de leur apprendre comment déverrouiller les portes de la fantaisie, de l'imaginaire, de la créativité. Comment ne pas renoncer à de nouveaux horizons. Fussent-ils atteints par des chemins détournés et encore peu empruntés par le système éducatif marocain.

 

Fin septembre 2018

D'abord, ce fut le jour de la rentrée. La leur comme la notre !

L'Histoire allait pouvoir commencer, pleine de petites histoires...

. Il était une fois, au cœur d’un bidonville, une histoire de cartables enchanteurs. Flambants neufs et remplis de toutes les fournitures nécessaires à la panoplie du parfait écolier. Offerts grâce à l'association Enfance Maghreb Avenir par l'intermédiaire d'un généreux donateur, souhaitant garder l'anonymat.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me souviens avoir été sensible au fait de voir que ces cartables ne portaient aucun logo qui puisse nous éclairer sur son identité ou celle de son entreprise. "Parce qu'il estime que ces enfants ont le droit d'avoir les mêmes cartables que ceux que possèdent tous les autres enfants", m'a confié Najate, présidente d'EMA, quand je lui faisais part de mon enthousiasme.

Un petit détail qui fait une grosse différence ! 

Une délicate attention que j'associe au souvenir de cette première journée à El Bguiriyine. Merci monsieur !

(Oui, je sais juste qu'il s'agit d'un monsieur, qui n'a sans aucun doute pas tout oublié de son âme d'enfant).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

. Il était deux fois, des histoires d’intrépides souris, prêtes à s’envoler. Et des histoires de chats et de tigres, mimées par de talentueux petits bouts avides de découvertes.

Il était deux fois car je réutilisais des méthodes à succès !  Ne maîtrisant ni l’arabe ni le darija (dialecte local) : la langue des signes québécoise et tout ce que j’avais testé sous les érables, durant six années passées à Montréal, nous fut d’une grande utilité sous les palmiers à ma merveilleuse Amie et moi ! 

Le 25 septembre 2018 

J’ai toujours dit que rêver le nez au vent était très productif !  Eh bien la preuve ! Notre amie la souris s’est ainsi évadée des griffes de l’aigle, grâce à tous les moulins fabriqués par nos artistes en herbe. Au début, les regards étaient hésitants, dubitatifs même. Mais, très vite, un second souffle et, très bientôt j’en étais certaine, un grand vent de créativité (...) !

Le 6 octobre 2018

Quand les jeux de mains ne sont plus des jeux de vilains et que ce sont les chats qui dansent quand les souris ne sont plus là ! Un monde à l'envers, pour apprendre à conter sans compter.

Le 24 octobre 2018

À l’heure du goûter, seules les maîtresses sont KO ! L’oiseau en a profité pour se planquer sous le képi et se carapater de l’alphabet pendant que les autres lettres ajustaient leurs déguisements.

Le 25 octobre 2018

Mes fidèles amoureux de nouveaux réunis. Il faut dire que j’ai confié cette mission à un petit artiste dont l’air canaille m’a laissé penser qu’il mettrait tout son cœur à l’ouvrage  !

Le 26 octobre 2018

Mais qui a dit qu’avoir la tête en l’air ou, même dans les nuages, empêchait d’apprendre à compter ? 
Deux fleurons de l’aviation survolent déjà la classe, nos « artistingénieurs » travaillent à la réalisation des huit appareils suivants. Nous atteindrons la base 10 à l'heure prévue ! 

Le 5 novembre 2018

Nos petits artistes ont terminé leur alphabet avec brio ! Hâte de l'accrocher sur les murs de la classe.
Quant à moi, que voulez vous, les jours de pluie m’inspirent parfois de drôles d'échappées sur les routes de l’imaginaire.

Sept minutes pour délirer sur cet abécédaire, tel était mon défi du jour : 

- Lorsque lAbeille rencontra le Bonhomme de neige, celui-ci lui avoua qu’il la trouvait jolie mais qu’il ne voulait pas d’autre compagnie que celle de son meilleur ami le Chat ! Parce qu’il lui racontait toujours de sensationnelles histoires de Dragons et d’Eléphants ayant choisi de faire le tour du monde en Fusée. 
En entendant de telles sornettes, la Grenouille préféra quitter l’étang et la forêt sur le champ ! Accompagnée du sage et sérieux Hibou, elle décida de déménager sur une Ile déserte où ne poussaient que des Jonquilles. C’était une ile merveilleuse, autrefois habitée par un soldat naufragé qui y avait oublié un Képi, sa Lampe et même ses Moustaches ! Mais si, croyez moi, il les avait oubliées sur le sable, une Nuit de pleine lune ! Un Oiseau, fou amoureux d’un Poisson, avait bien tenté de les lui acheter pour Quatre sous mais il s’est fait devancer par un rusé Renard qui les a très vite revendues à un Serpent snobinard, puis à un Tigre voulant jouer les intellos. Une histoire Unique en son genre que cette affaire de moustaches ! J’en pleure de rire, au point de verser suffisamment de larmes pour remplir tout un Vase. Mais je m’essouffle… Le Wapiti me fixe alors droit dans les yeux, s’interroge sur ma santé mentale. Arriverai-je à la fin de cet alphabet sans fausse note ? Pas sûr, d’autant que je joue très mal du Xylophone . Le Yack a bien failli m’avoir, me faire déclarer forfait. Mais, beaucoup plus facile à deviner, le Zèbre m’a sauvé la mise ! 

Je vais très bien merci ! Il va sans dire que je n’imposerai pas ce genre de défi à mes petits artistes.

A vous, pourquoi pas (...) ?!!! 

Le 10 novembre 2018

Au départ, c'est la grande perplexité, le grand brouillard. Et puis, on prend son courage à deux ailes, on affronte la tempête : Des chiffres, des couleurs, des formes, des directions...la base 10 est en pleine rénovation, les cerveaux en pleine ébullition pour échapper aux turbulences ! N'empêche que très vite, on s'affirme, on supervise même son copilote ! Et quand les 3 premiers avions se posent dans le bon sens, dans le bon ordre : ouf, la maîtresse est rassurée, enchantée ! Moi, je m'envole à nouveau, le nez au vent, la tête dans les nuages ! Histoire d'y trouver de nouvelles pistes d'ici la semaine prochaine !

Le 27 novembre 2018

Broderies dessinées pour de doux messages et graciles bisous de papillons.

Le 30 novembre 2018

Le bougre petit monstre m'avait juré se tenir à carreau. Alors je l'ai autorisé à sortir du livre et l'ai convié à venir en classe pour...ne surtout pas se tenir à carreau  !!! 
Mission accomplie ! 
Il nous en a fait voir de toutes les couleurs ! Au gré de ses émotions, nous avons sauté, dansé, mimé, dessiné. Nous sommes parfois devenus rouges de colère, mais nous avons surtout tenté de rire, de voir la vie en jaune soleil. Puis nous avons succombé à la mélancolie, échangé quelques bleus au coeur et...même pas peur du noir, les maîtresses nous ont aidés à le faire fuir, très loin des cahiers ordinaires ! Le monstre reviendra encore et encore, jusqu'à ce que nous sachions reconnaître les couleurs. Toutes celles qui gomment la mauvaise humeur et celles qui mettent du baume au coeur. Jusqu'à ce que nous sachions oser d'autres tons (...) !