Retour sur images

El Bguiriyine, située en bordure d'un bidonville de Casablanca, fut la première école parrainée par Enfance Maghreb Avenir en 2006.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'établissement accueille désormais plus de 800 élèves âgés de sept à treize ans. Et deux classes de maternelle. Soixante trois petites paires d'yeux au travers desquelles j'ai découvert un nouveau monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'y suis entrée à tâtons, sans trop savoir comment y trouver la bonne place. Prête à me laisser guider et même réorienter...

Un long parcours, souvent sinueux, mais tant mieux ! Je tourne encore, virevolte. Me pose ici ou là : le temps de savourer un acquis ou de préparer une nouvelle tentative d'envol. Une amie m'accompagne. Du petit atelier que nous avons choisi de mettre en place, nous ajustons nos ambitions, partageons l'émotion. Qu'importe que nous avancions à petits sauts ou à tire- d'ailes. Quand les sourires illuminent les regards de ces enfants privés de tant et tant... nous savons que nous avons raison de tenter de leur apprendre comment déverrouiller les portes de la fantaisie, de l'imaginaire, de la créativité. Comment ne pas renoncer à de nouveaux horizons. Fussent-ils atteints par des chemins détournés et encore peu empruntés par le système éducatif marocain.

 

Fin septembre 2018

D'abord, ce fut le jour de la rentrée. La leur comme la notre !

L'Histoire allait pouvoir commencer, pleine de petites histoires...

. Il était une fois, au cœur d’un bidonville, une histoire de cartables enchanteurs. Flambants neufs et remplis de toutes les fournitures nécessaires à la panoplie du parfait écolier. Offerts grâce à l'association Enfance Maghreb Avenir par l'intermédiaire d'un généreux donateur, souhaitant garder l'anonymat.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me souviens avoir été sensible au fait de voir que ces cartables ne portaient aucun logo qui puisse nous éclairer sur son identité ou celle de son entreprise. "Parce qu'il estime que ces enfants ont le droit d'avoir les mêmes cartables que ceux que possèdent tous les autres enfants", m'a confié Najate, présidente d'EMA, quand je lui faisais part de mon enthousiasme.

Un petit détail qui fait une grosse différence ! 

Une délicate attention que j'associe au souvenir de cette première journée à El Bguiriyine. Merci monsieur !

(Oui, je sais juste qu'il s'agit d'un monsieur, qui n'a sans aucun doute pas tout oublié de son âme d'enfant).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

. Il était deux fois, des histoires d’intrépides souris, prêtes à s’envoler. Et des histoires de chats et de tigres, mimées par de talentueux petits bouts avides de découvertes.

Il était deux fois car je réutilisais des méthodes à succès !  Ne maîtrisant ni l’arabe ni le darija (dialecte local) : la langue des signes québécoise et tout ce que j’avais testé sous les érables, durant six années passées à Montréal, nous fut d’une grande utilité sous les palmiers à ma merveilleuse Amie et moi ! 

Le 25 septembre 2018 

J’ai toujours dit que rêver le nez au vent était très productif !  Eh bien la preuve ! Notre amie la souris s’est ainsi évadée des griffes de l’aigle, grâce à tous les moulins fabriqués par nos artistes en herbe. Au début, les regards étaient hésitants, dubitatifs même. Mais, très vite, un second souffle et, très bientôt j’en étais certaine, un grand vent de créativité (...) !

Le 6 octobre 2018

Quand les jeux de mains ne sont plus des jeux de vilains et que ce sont les chats qui dansent quand les souris ne sont plus là ! Un monde à l'envers, pour apprendre à conter sans compter.

Le 24 octobre 2018

À l’heure du goûter, seules les maîtresses sont KO ! L’oiseau en a profité pour se planquer sous le képi et se carapater de l’alphabet pendant que les autres lettres ajustaient leurs déguisements.

Le 25 octobre 2018

Mes fidèles amoureux de nouveaux réunis. Il faut dire que j’ai confié cette mission à un petit artiste dont l’air canaille m’a laissé penser qu’il mettrait tout son cœur à l’ouvrage  !

Le 26 octobre 2018

Mais qui a dit qu’avoir la tête en l’air ou, même dans les nuages, empêchait d’apprendre à compter ? 
Deux fleurons de l’aviation survolent déjà la classe, nos « artistingénieurs » travaillent à la réalisation des huit appareils suivants. Nous atteindrons la base 10 à l'heure prévue ! 

Le 5 novembre 2018

Nos petits artistes ont terminé leur alphabet avec brio ! Hâte de l'accrocher sur les murs de la classe.
Quant à moi, que voulez vous, les jours de pluie m’inspirent parfois de drôles d'échappées sur les routes de l’imaginaire.

Sept minutes pour délirer sur cet abécédaire, tel était mon défi du jour : 

- Lorsque lAbeille rencontra le Bonhomme de neige, celui-ci lui avoua qu’il la trouvait jolie mais qu’il ne voulait pas d’autre compagnie que celle de son meilleur ami le Chat ! Parce qu’il lui racontait toujours de sensationnelles histoires de Dragons et d’Eléphants ayant choisi de faire le tour du monde en Fusée. 
En entendant de telles sornettes, la Grenouille préféra quitter l’étang et la forêt sur le champ ! Accompagnée du sage et sérieux Hibou, elle décida de déménager sur une Ile déserte où ne poussaient que des Jonquilles. C’était une ile merveilleuse, autrefois habitée par un soldat naufragé qui y avait oublié un Képi, sa Lampe et même ses Moustaches ! Mais si, croyez moi, il les avait oubliées sur le sable, une Nuit de pleine lune ! Un Oiseau, fou amoureux d’un Poisson, avait bien tenté de les lui acheter pour Quatre sous mais il s’est fait devancer par un rusé Renard qui les a très vite revendues à un Serpent snobinard, puis à un Tigre voulant jouer les intellos. Une histoire Unique en son genre que cette affaire de moustaches ! J’en pleure de rire, au point de verser suffisamment de larmes pour remplir tout un Vase. Mais je m’essouffle… Le Wapiti me fixe alors droit dans les yeux, s’interroge sur ma santé mentale. Arriverai-je à la fin de cet alphabet sans fausse note ? Pas sûr, d’autant que je joue très mal du Xylophone . Le Yack a bien failli m’avoir, me faire déclarer forfait. Mais, beaucoup plus facile à deviner, le Zèbre m’a sauvé la mise ! 

Je vais très bien merci ! Il va sans dire que je n’imposerai pas ce genre de défi à mes petits artistes.

A vous, pourquoi pas (...) ?!!! 

Le 10 novembre 2018

Au départ, c'est la grande perplexité, le grand brouillard. Et puis, on prend son courage à deux ailes, on affronte la tempête : Des chiffres, des couleurs, des formes, des directions...la base 10 est en pleine rénovation, les cerveaux en pleine ébullition pour échapper aux turbulences ! N'empêche que très vite, on s'affirme, on supervise même son copilote ! Et quand les 3 premiers avions se posent dans le bon sens, dans le bon ordre : ouf, la maîtresse est rassurée, enchantée ! Moi, je m'envole à nouveau, le nez au vent, la tête dans les nuages ! Histoire d'y trouver de nouvelles pistes d'ici la semaine prochaine !

Le 27 novembre 2018

Broderies dessinées pour de doux messages et graciles bisous de papillons.

Le 30 novembre 2018

Le bougre petit monstre m'avait juré se tenir à carreau. Alors je l'ai autorisé à sortir du livre et l'ai convié à venir en classe pour...ne surtout pas se tenir à carreau  !!! 
Mission accomplie ! 
Il nous en a fait voir de toutes les couleurs ! Au gré de ses émotions, nous avons sauté, dansé, mimé, dessiné. Nous sommes parfois devenus rouges de colère, mais nous avons surtout tenté de rire, de voir la vie en jaune soleil. Puis nous avons succombé à la mélancolie, échangé quelques bleus au coeur et...même pas peur du noir, les maîtresses nous ont aidés à le faire fuir, très loin des cahiers ordinaires ! Le monstre reviendra encore et encore, jusqu'à ce que nous sachions reconnaître les couleurs. Toutes celles qui gomment la mauvaise humeur et celles qui mettent du baume au coeur. Jusqu'à ce que nous sachions oser d'autres tons (...) !

Le 4 décembre 2018

 Je l’aime avec un grand A. Même si je sais bien qu’un Chouchou s’écrit avec un grand C ! Et que c’est très mal d’avoir un Chouchou !  
Donc j’ai décidé de tous les aimer comme des petits
choux, avec un petit x.  
Et puis on s’en fiche de tout ça, avec un grand F ! 
D’autant qu’on ne sait même pas quand nous atteindrons la lettre F, tant ce Foutu alphabet Français semble Fastidieux ! Pensez donc, 25 lettres à reconnaître et retenir. Dans l’ordre et dans le désordre….une vraie 
prouesse ! On perd la boule, moi surtout. 
Alors on digresse, on essaye les couleurs. La vie en rose, en jaune, en vert….Y’a pas : ce qui marche le mieux, c’est le rouge colère ! Parce que c’est tellement rigolo d’avoir le droit de jouer une fausse vraie colère sur les bancs de l’école pendant que la vraie maitresse n’entend pas !  

Le 12 décembre 2018

Relâche à l'heure d'un goûter généreusement offert. Et puis relâche tout court, pour un peu plus de légèreté à l'heure de la pause : juste histoire d'essayer d'en faire une récrée ! 

Le 17 janvier  2019

Même pas peur de la petite bête qui monte, qui monte... Au diable le cafard quand nous nous sentons d’humeur créative ! Il s’est d’abord fait piquer la vedette par Dame Licorne et ses trophées. Puis a dû se planquer sous le tapis quand ont débarqué les dix premières vedettes de notre future équipe de 65 silhouettes à l’effigie de toutes les fantaisies !

Vaste programme !

Le 31 janvier 2019

Cette fois nous y sommes presque ! Notre monstre va enfin y voir plus clair et ranger chacune de ses émotions dans nos jolies boites. S’extraire du livre et nous créer un grand décor pour animer les murs au gré de ses humeurs. Le jaune rayonne déjà dans la première boîte, la joie n’a plus aucun secret pour nous ! Reste à composer avec le bleu, le rouge, le vert, le noir et le rose pour que notre ami puisse s’exprimer librement et... nous de même ! À suivre (...)

Le 19 février 2019

Découvrir les formes géométriques, s’initier au découpage en tenant des ciseaux souvent pour la première fois de sa vie, n’est pas une mince affaire. Alors on s’entraîne sur du papier journal. On retient son souffle, on tire la langue, on s’entortille les doigts et puis on s’élance sur de jolis papiers colorés. Et nous voilà repartis pour une nouvelle aventure, sûrement un nouveau chef d’œuvre tout en collages. 

Le 22 février 2019

"En sortant de l'école"...

Nous les avions vus partir les mains tâchées de feutre et de colle, à l'issue de leur atelier du matin.

Comme à l'accoutumée : en sandales, savates ou chaussures, rarement à la bonne pointure. Vêtus de tout. Savants mélanges de formes, couleurs et matières. Après la pause déjeuner, nous avons vu revenir des princes et des princesses. Des coquettes et de grands seigneurs en costumes. Parce qu'un clown et un magicien allaient venir faire un petit spectacle dans la cour de l'école. Tellement touchant et même bien davantage. 
Alors, en empruntant un chemin de leur quartier, en sortant de l'école où je m'estime tellement chanceuse d'être attendue, accueillie et entendue, ce n'est pas la chanson de Prévert qui m'est venue à l'esprit. Plutôt ces quelques lignes, sur une autre mélodie. Que je vous laisse méditer, photos à l'appui.

"Quelqu'un m'a montré une image et j'ai pensé : la dignité ne s'est jamais laissée photographier.
Tu peux changer le monde, les formes et les couleurs,
Chercher jusqu'au fond du désert.
Il y a tellement de routes, tellement de ronces, tellement d'ombres où l'on s'enfonce.
Est-ce qu'un jour, j'aurai la réponse sur la dignité ? ".

. La dignité / "Vise le ciel" - Bob Dylan, revisité par Francis Cabrel.

Le 28 février 2019

Parce qu’on attend le photographe pour la photo de classe, on s’est fait encore plus beau que beau ! N’empêche qu’on l’a doublé, parce qu’on les a déjà faites nous, nos photos de classes, à notre façon ! Et qu’elles sont même déjà encadrées ! On y rajoute un petit quelque chose la semaine prochaine et là c’est sûr, on gagne loin devant l’homme derrière son 
objectif ! 

Le 6 mars 2019

ls ont entre 4 et 5 ans. Des petits doigts pas habitués à danser entre les lignes, encore moins initiés à jouer carrément hors cadre. Un très bel esprit mais peu rôdé à la fantaisie, pas davantage à la rêverie. Et moi qui leur demande de s'égarer sur l'écran de mon iPhone. Puis de revêtir d'improbables maillots designés par ma belle amie avant un grand plongeon dans la peinture. Puis de s'assoir par terre, dehors, le nez au vent, la tête en l'air. Fallait-il que nous ayons un bon motif pour justifier de tels écarts de conduite ! Oui, nous en avions un : Leur apprendre à voir et regarder leurs maisons et leur école différemment. Ici un carré, là un losange, un rond. Une porte, une fenêtre, un escalier. Et toutes ces drôles de fleurs qui poussent sur les toits ? Ah non pardon, des antennes paraboliques ! Un drapeau qui flotte au vent, joue à cache cache avec les nuages. Des ombres, de la lumière. Autant de petits coups d'éponges colorés, de traits de feutres sur de simples morceaux de cartons devenus des oeuvres d'art. Les uns y voient tout, les autres de tout petits rien et d'autres rien du tout ! Nous, nous avons vu des regards concentrés comme jamais, une application décuplée. Et soudain senti un tel parfum de malin plaisir tous nous enivrer... C'est certain, il va falloir recommencer !

Le 8 mars 2019

Ce matin là, nous les avons tous mis à la porte ! 
- Et l'après midi ? 
- Opération vide placards ! 
A nous la récup pour de folles impressions !

Le 18 mars 2019

La venue prochaine du printemps nous inspire ! Les fleurs sont à l'honneur. Ils ont tracé, découpé, collé, colorié et voilà, ils pensaient que c'était fini. Que chacun collerait son petit morceau de carton décoré sur le mur de la classe. Mais moi, j'aime les surprendre avec leurs créations. Pour leur apprendre à voir plus loin, à imaginer davantage ! Je taille à mon tour, colle, rehausse leurs traits et leurs découpes, invente des volumes pour valoriser leurs réalisations. ils adorent et moi aussi !

Le 20 mars 2019

Je leur ai donné du fil à tordre et à retordre !  Pas facile mais très prometteur. D'autant que mon modèle leur autorise toutes les fantaisies ! A suivre. 

Le 23 Mars 2019

ATELIER CROTTES ET MOUCHES A CACA !

Comment vous raconter cette histoire là ? Si j'avais 4 ans et quelques poussières d'années supplémentaires, peut être essaierais-je comme cela : 
- Dans notre école, y'a plus d'eau. 
Parce que des fadas sont sans doute tombés en amour de notre compteur d'eau, alors ils nous l'ont volé !...  
Pas une goutte d'eau depuis plus de trois semaines, parce qu'ici on nous dit que ça prend le temps d'un voyage de la terre à la lune, à dos de dromadaire, pour que tout rentre dans l'ordre. Et même malgré toute l'énergie que déploie notre super Najate, la bonne fée de notre école. Du coup, sans doute enivrés par les fumets divers et variés s'échappant des toilettes, les grands ont perdu tout sens de l'orientation ! Et se sont mis à déposer leurs petites affaires tout partout, sauf dans le trou ! Et pas d'eau pour nettoyer !!!! Se soulager ressemble à un parcours du combattant : ne pas déraper, faire front à l'assaut de mouches en furie et le tout, en apnée ! Sans compter que de telles figures imposées laissent forcément des traces sous les semelles et donc de jolies empreintes colorées et odorantes dans les classes et... dans notre petit atelier !  Oups, inconcevable ! Rigolote et rêveuse Marie, mais pas que !!! Un petit discours dans chaque classe, juste le temps d'expliquer aux grands comment recentrer leurs postérieurs et obtenir de belles promesses de leur part et... la voilà de nouveau nous entrainant dans une aventure mémorable ! Nous avons adoré fabriquer de jolis cadres aux couleurs caca boudin. Sur lesquels s'affiche joyeusement la nouvelle mascotte de nos toilettes, une adorable crotte dont le message est le suivant : bienvenue chez moi, n'oublie pas ta promesse ! Et le truc le plus drôle c'est quand nous avons confectionné des mouches en papier, fixées sur des petits fils de fer pour qu'elles virevoltent au dessus de notre amie la crotte !  Trop top aussi le vacarme des coups de marteau pour fixer un cadre sur chacune des portes des toilettes ! Quel pestacle que cette affaire là !!! Un monsieur du quartier nous a finalement amené des grosses barriques d'eau pour qu'un grand ménage puisse être fait mais on espère revoir très prochainement les robinets couler à flots. En attendant, les grands, on les a à l'oeil !

1/3

Le 25 mars 2019

Ce qu'il y a de bien à cet âge là, c'est que souvent, même quand on ne comprend rien mais alors rien de rien à ce qu'il faut faire : on se marre !!! Et que forcément, c'est contagieux...à moins que je n'ai pas pigé davantage ou que j'ai juste oublié de grandir. Heureusement que ma copine garde les pieds sur terre et l'oeil dans l'objectif !

Le 27 mars 2019

Encore un petit tour dehors, juste devant l'école, pour peaufiner notre façon de regarder, d'imaginer et de dessiner ce petit quartier. Fascinant de voir ce que les enfants y voient, ce qu'il retiennent de l'ambiance et...qu'un château à même poussé au coeur du bidonville ! J'adore !

Le 28 mars 2019

Grand déballage de printemps ! On fait le point sur quelques unes de nos plus belles créations, on réfléchit à une petite expo pour la fin de l'année scolaire ? 

1/14

Continuez à suivre nos aventures sur notre blog ! Cliquez-ici