Un jour je suis née et depuis j'improvise...

- Extraits d'un "conte à rebours" -

Casablanca, le 27 octobre 2020.

Tous les cartons sont rassemblés. Je ferme la porte de cet atelier qui pendant quatre années fut  tel un havre de paix. Mon petit univers. Mon jardin de rêves, presque un jardin secret, tant il m'est difficile de concevoir entourée. Une seule amie y avait sa place réservée. Nous y avons passé de doux moments. Partagé bien des délires créatifs ou "philosophiques" et beaucoup oeuvré pour notre petite école nichée au coeur d'un bidonville, dont l'essentiel des travaux sont présentés sur la page "Animations" de ce site. Et bien sûr, Annie et moi, avons surtout tissé des liens, tous noués très serrés.

Je retourne en France heureuse à l'idée de goûter à nouveau à la diversité, à la multitude de choses qu'il est possible d'y faire et d'y voir. D'y partager de nouvelles aventures, aussi, je l'espère, à l'issue de dix années d'absence passées d'abord à Montréal puis à  Casablanca.

Mais le Maroc, les rencontres que j'y ai fait et les expériences humaines vécues, essentiellement grâce à l'association Enfance Maghreb avenir,  laissent une empreinte gravée d'autant plus profond en moi que l'année 2020 et sa maudite pandémie aura exacerbé bien des ressentis.  

Casablanca, le 27 septembre 2020.

Boites à part...qu'il me fallait finir avant que mon aventure marocaine ne s'achève. Défi relevé, je sais déjà à qui je vais les offrir.

Casablanca, le 20 septembre 2020.

L'affaire est dans le sac ! 

Casablanca, le 17 septembre 2020.

Utiliser quelques derniers morceaux de carton, avant de tout mettre en cartons pour préparer notre déménagement de retour vers la France.

Casablanca, le 28 avril  2020.

J'ignore pourquoi ces pauvres perroquets me font penser à nos gouvernants mais du coup j'ai continué le thème. Peut être à cause du perchoir, du regard fier ? Et du plumage flamboyant faute d'un ramage convaincant ? De leur dextérité pour les discours répétés, corrigés puis, répétés encore, toujours avec le même aplomb, quoi qu'ils fabulent ? Mais quelle impertinente je suis ! Oui mais quand même :  je m'applique : c'est du boulot ! 

Casablanca, le 25 avril  2020.

Il faut bien l'avouer, ça se répète un peu en ce moment ! Les avis contradictoires, les pronostiques incertains, les "y'a qu'à faut qu'on" ( et même les vrais cons se répètent), les "j'voudrais bien mais je peux point...". 

Bref : cacophonie ! Alors, voilà pourquoi cette fois j'ai choisi de mettre en scène un perroquet ! 

Casablanca, le 23 avril  2020.
Au Phare de la Sardine, personne ne s'était inquiété de savoir où était passé le journal de bord laissé par le dernier gardien des lieux. Mais je savais que je le trouverais et y découvrirais tous les secrets de l'histoire tant attendue...
Je continue ? Je pourrais ! C'est que, plus on m'enferme et plus je m'évade ! A moins que cela ne soit l'effet des vertus euphorisantes et psychostimulantes du chocolat ! Il faut dire que j'ai mangé toute la boite de sardines : C'est qu'il me fallait cette boite pour créer la fenêtre de déconfinement par laquelle m'envoler (...)

Casablanca, le 18 avril  2020.

Cet oiseau me semblait bien rêveur. Il m'a raconté...

Alors je lui ai fabriqué une petite fenêtre de déconfinement par laquelle s'en aller prendre l'air au gré de son imagination (...)

Casablanca, le 15 avril  2020.

Du papier dessin, des tampons encreurs et un cutter ?

Voilà comment rompre le confinement, ouvrir une fenêtre sur un petit jardin sauvage.

                                                           

                                                              Chut, un héron nous observe (...)

Casablanca, le 8 avril  2020.

Parce qu'il fallait aussi en arriver là. Remédier à la pénurie de masques.

Casablanca, le 27 Mars 2020.
Obligation de rester confinée à la maison, depuis plus d'une semaine et pour un mois encore, au moins...C'est la guerre ! La guerre contre l'invisible et redoutable virus. Faut pas sortir on t'a dit !
 
Ok, mais là....Que faire pour les calmer, ne plus les entendre crier, sauter partout ?
Eh bien tant pis, c'est décidé, dans deux heures, on sort !  
- Quoi ?
- Oui, il n'y a qu'à leur dire ça ! Que l'affaire est dans le sac. Qu'on s'en va à Paris. Du temps où Monsieur Eiffel venait tout juste de construire sa tour. Qu'on dormira dans une chambrette sous les toits ! Petite, si petite, qu'il nous faudra d'abord rétrécir, comme Alice du temps où son pays était merveilleux. Et même qu'on sortira par le trou de la serrure et qu'à Paris on ira pas en avion, ni en train, ni même à dos de dromadaire mais en rêve-express ! Comme en vrai mais sans danger. Et que nous y rencontrerons Paulette, à bicyclette. Et la chèvre de Monsieur Seguin sur un bateau qui n'a ni bras ni jambe. Et un moineau qui.....
 
 
 
Là c'est certain, ils se taisent ! Médusés, inquiets ? Mais ils se taisent ! 
Parfait. Quoi, moi ? Oui ça va, j'ai juste imaginé, avec les moyens du bord,  un scénario pour mes petits voisins du dessous ! 

1/6

Casablanca, le 25 Mars 2020.

C'est le printemps, alors, quoi qu'il en soit, même sans sortir, on s'offre des fleurs. Celles-ci furent cueillies au coeur d'un jardin de lectures.

Casablanca, le 23 Mars 2020.

Faire toujours bonne impression ! 

Casablanca, le 22 Mars 2020.  COVID 19 - CONFINEMENT

Je n'ai rien inventé, juste remis au goût du jour des recettes délaissées. Parce qu'il faut s'en sortir sans sortir...momentanément, donner du temps au temps et savoir patienter sans s'ennuyer. Faire preuve de créativité ? Bonne idée. Facile. Un peu d'eau, de farine, de vinaigre et de sucre. Quelques betteraves, un oignon ?  Humm, on passe à table ? Oui, mais dans mon petit atelier. Pour fabriquer de la colle et des teintures. Et redonner vie à de vieux sacs en papier qui deviendront aussi solides que leurs cousins de cuir. Les rehausser de fleurs aux tonalités printanières. Fabriquer des coupelles en papier mâché ou encore imaginer un oiseau s'envoler d'un galet, messager improvisé...

1/10

Casablanca, le 18 Mars 2020.

Quand un jus de betteraves, saupoudré de quelques pincées de sel, se boit du regard...

Casablanca, le 17 Mars 2020.

Collier, grigri, talisman aux vertus de protection et pouvoirs magiques ? 

Par les temps qui courent : coquin de sort !....

 

Mais voilà qui se terminera peut-être finalement en embrase, rehaussera un tissage ou...je n'en sais rien ! Et j'adore ça aussi : laisser musarder l'inspiration !

Casablanca, le 16 Mars 2020.

 

 

 

 

Si tant est qu'une coquette merlette ait souhaité aider une amie à relooker son nid pour l'arrivée du printemps, moi je crois que cela pourrait donner ça ! 

Casablanca, le 14 janvier 2020.

 

En langue innue, "Puamuna" veut dire : Les rêves. C'est aussi le titre d'un album de chansons ramené d'un voyage au Québec.

Quel meilleur thème d'inspiration créative pour un début d'année ? 

D'autant que je crois davantage aux rêves auxquels on s'attache qu'aux bonnes résolutions. 

 

Que des accroche-rêves, aussi fantaisistes soient-ils, sachent libérer et faire grandir vos plus beaux songes, emprisonnent et fassent disparaitre les plus sombres.

 

 

Belle et bonne année !